Humeurs

La petite fille qui avait préféré oublier…

En écrivant ce titre, j’imagine d’ores et déjà votre interrogation. « Euhhh mais qu’est-ce qu’elle raconte là, elle parle d’un livre, d’un film… Mais de quooooiiii ??!! ». Pour un projet professionnel (dont je vous reparlerais sûrement très vite), j’ai été amenée à chercher des photos de moi enfant.

Malheureusement, je n’ai pas d’albums photos dédiés à mon enfance comme on en retrouve dans de nombreuses familles. Je ne vais pas jeter la pierre à mes parents, surtout que je réalise que je n’ai encore fait aucun album de doudou. Enfin bon, j’ai une bonne excuse à l’ère numérique et mes 728212 photos de lui depuis sa naissance. Il faudrait que je prenne sérieusement le temps de trier et de faire plusieurs albums photos.

fannyenfant_anythingispossible

Enfin bref ! Je suis parvenue à mettre la main sur quelques photos de moi finalement (merci mamie et ma soeur ^^). En les voyant, j’ai été à la fois surprise et interloquée. Je ne sais pas vous mais j’ai vraiment très peu de souvenirs de ma petite enfance. Je ne vous parle pas de mes 2 ans. Mais jusqu’à 7-8 ans, je ne me souviens de rien. Strictement rien. Il y a toujours les histoires qu’on a entendues 12000 fois et finalement c’est difficile de savoir si on s’en souvient « pour de vrai » ou pas. (Je me souviens quand même du jour où nous avons eu un chien. Mais juste de lui quelques secondes.)

Au cours de mon adolescence et encore plus à l’âge adulte, ce manque de souvenirs m’a toujours troublée. Finalement, il n’a pas été nécessaire de faire 12 années de psychothérapie ou d’être carrément psy pour comprendre le fameux pourquoi du comment. Quand j’avais 7 ans, mes parents se sont séparés. Comme une façon de me protéger, mon cerveau a semble-t-il préféré faire un reset total de ces 7 premières années de vie. Ma grande sœur, avec ses 5 ans de plus que moi, se rappelle de beaucoup de choses et m’en parle régulièrement. De mon côté, c’est le noir total. On a rapidement pensé toutes les deux que j’avais préféré tout occulter pour ne pas avoir mal.

Le divorce de mes parents – événement malheureusement de plus en plus banal aujourd’hui – a eu un léger goût de traumatisme à bien des égards. Déjà, j’étais complètement fan de mon père… Oedipe quand tu nous tiens ! Parfois, je pense en souriant que ça aurait pu durer encore longtemps s’ils ne s’étaient pas séparés. Se retrouver sans son père tant aimé du jour au lendemain provoque un sacré choc. Et puis sans rentrer dans les détails (c’est de la vie de mes parents dont il s’agit, je n’étais que spectatrice – aux premières loges – mais spectatrice quand même), je réalise qu’ils ont commis toutes les pires erreurs possibles dans de telles circonstances. Mais je n’oublie jamais que chacun fait comme il peut. Ce n’est pas toujours évident de faire « comme il faudrait faire »… Nous sommes juste des humains avec nos forces et nos faiblesses. Alors on compose avec tout ça. Le fait est que mon petit cerveau d’enfant s’est dit qu’il valait mieux oublier ces belles années en famille.

Je me pose toujours 1001 questions sur le fonctionnement passionnant et complexe du cerveau. J’ai lu beaucoup d’ouvrages et regardé beaucoup d’émissions qui traitent du cerveau, de l’amnésie, des maladies mentales, etc. Je me demande si nous sommes nombreux à oublier tout un pan de notre histoire. Très certainement que oui. Surtout quand il s’agit des jeunes années.

J’ai longtemps pensé que nous étions tous dans le même cas et que ce manque de souvenirs était d’une extrême normalité… Franchement qui se souvient des 8 premières années de sa vie ? Puis, en parlant avec mon entourage, il m’a fallu admettre que j’étais la seule dans ce cas-là. Les gens n’ont pas des milliers de souvenirs mais se rappellent des choses par-ci par-là. Peut-être avais-je juste des « problèmes de mémoire » ! Force est de constater que les souvenirs après cet âge sont bel et bien présents et nombreux. Que j’ai 8, 11 ou 15 ans !

Finalement, je ne sais pas bien où je veux en venir avec ce billet que j’aurais pu intituler « Cher journal… ». C’est toujours surprenant de voir à quel point on peut se livrer corps et âme sur un blog. Retrouver ces photos a suscité de nombreuses questions et surtout je crains parfois l’impact que tout ça a pu avoir sur ma vie. Consciemment ou inconsciemment. La petite fille que j’étais (à une dizaine d’années) s’était toujours promis soit de ne pas se marier soit de ne jamais divorcer. Est-on condamnés à reproduire le même schéma familial ? Je me suis mariée et j’ai divorcé. Malgré tout, je ne crois pas à la fatalité. La vie serait d’une tristesse infinie si tout était écrit. Lors de ma séparation (et encore après !), ma force était l’exemple de mes parents qu’il ne fallait surtout pas suivre ! Ne pas tomber sur cette pente glissante pleine de rancoeur et d’aigreur. Il aura fallu presque 20 ans à mes parents pour se (re)parler et avoir des relations plus que cordiales. Quelle perte de temps !

Aujourd’hui, j’aimerais retrouver mes souvenirs… La petite fille apeurée et profondément triste a laissé place à une femme qui a très envie de se rappeler les plus beaux moments de son enfance. Et j’aimerais bien aussi ne plus avoir ce mécanisme d’auto-défense qui consiste à occulter. Car il s’est reproduit à plusieurs reprises. Peut-être que le cerveau est juste bien fait !  Je crois que cette tentative ne serait vraiment pas vaine.

C’est un sujet qui m’intéresse beaucoup et sur lequel j’aimerais vraiment échanger avec vous… Qu’en est-il de votre côté ? Avez-vous beaucoup de souvenirs d’enfance ? A quel âge remontent les plus vieux ? A vous aussi, il vous arrive d’occulter pour mieux vous protéger ?

Je suis consciente que ce billet et ce sujet sont des plus personnels… Mais j’avais vraiment très envie d’en parler avec vous. J’espère que tout ceci n’est pas trop décousu ou un grand n’importe quoi incompréhensible… Ou tout simplement que vous ne vous demandez pas ce que ça vient faire là. Les échanges sont une force incommensurable dans la vie des gens… Il n’y a pas de raisons que ce blog ne soit pas un lieu tout approprié où les mots d’ordre sont bienveillance et gentillesse.

flèche - copie

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter, Instagram et Hellocoton !

12 J'aime

You Might Also Like

36 Comments

  • Reply
    Lily
    17 juin 2016 at 9 h 37 min

    coucou

    juste pour dire que selon moi oublier n’est pas du tout anormal
    je suis dans le même cas: j’ai une grosse tendance à oublier les périodes les plus difficiles de ma vie
    (ex: à commencer par mon enfance parce qu’elle était violence physique et psychologique…)

    bonne continuation pour ton blog (je l’aime trop!)
    bonne journée

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 11 h 38 min

      Coucou
      Tu n’imagines pas comme je suis peinée de lire ça…
      En tout cas, je tiens à te remercier pour ton message ici.
      Quel plaisir que tu aimes mon blog, c’est que du bonheur !
      Belle journée :)

  • Reply
    Djahann
    17 juin 2016 at 9 h 44 min

    Je suis comme toi ! J’ai très peu de souvenirs de l’enfance (alors qu’elle a été je pense des plus heureuses et sans incident majeur). Par contre à 18 ans j’ai eu un choc émotionnel et j’ai l’impression que c’est à partir de ce moment là que mon cerveau à effacé plein de choses comme pour effacer le chagrin. Et depuis, je ne retiens pas forcément grand chose. C’est souvent mon amoureux qui me dit « ah mais si tu m’avais raconté ça ou ça » Et moi « ah bon ? ah ben non je m’en souviens pas ! » C’est parfois embêtant !
    Impossible pour moi de raconter des bobards à quelqu’un car je suis fichue de pas m’en souvenir !

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 11 h 39 min

      Ravie de voir qu’on est nombreuses finalement à être comme ça :)
      Merci pour ton partage par ici !

  • Reply
    Miss S
    17 juin 2016 at 10 h 07 min

    Je suis entrain de lire un thriller et sans entrer dans les détails, il est question d’un enfant de trois ans. Dans le roman, il est expliqué qu’un enfant ne se souvient de rien avant ses 4-5 ans.
    J’ai des souvenirs de mon enfance (en même temps, je suis plus jeune que toi) mais il y en a peu. J’ai fait des tas de choses petite, avec mes grand-parents notamment et je ne m’en souviens pas ou alors c’est une sensation. Et parfois, je ne sais pas si ce sont des souvenirs ou des rêves. C’est très complexe et je trouve ça fascinant ! Je compte me pencher là-dessus :)
    Pour te protéger, ton cerveau a décidé d’oublier toute de ta petite enfance. Moi j’ai verrouillé pas mal de choses, comme mes sentiments. C’était une manière d’avoir le contrôle. Mais tout ça se fait inconsciemment.
    Mon commentaire est très décousu… En tout cas je trouve ça bien de parler aussi de ça sur ton blog. On peut parfois parler de choses personnelles sans forcément entrer dans les détails. Ça fait du bien je trouve :)
    Bisous ♡

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 11 h 41 min

      L’inconscient est fascinant…
      Je te rassure, je ne trouve pas du tout ton commentaire décousu ! Au contraire :)
      Je craignais que tout ça n’ait pas sa place ici… Je suis finalement soulagée par ce que tu écris.
      Bisous <3

  • Reply
    Camille Ma
    17 juin 2016 at 10 h 15 min

    Quel bel article qui résonne fort à mes oreilles (ou à mes yeux, mais c’est un détail) …
    Comme je te comprend ! Mes parents se sont aussi séparés lorsque j’avais cet age là et si pour ma part j’ai pas mal de souvenir d’avant mais ceux entre 8 et 12 ans sont très flous (aucune chronologie possible) et dénués de toutes appréciations sentimentales … c’est étonnant les mécanisme de défense de l’enfant … mais je me dis que l’on a juste pas eu vraiment de bol: les divorces se faisaient plus fréquents et devenaient mainstream mais peu de gens se penchait encore trop sur la question des enfants qui restaient au milieu et absorbaient toutes ces émotions …
    malgré tout j’ai aussi envie de ma marier un jour, avec l’espoir fort que ça dure toute la vie mais à coté de ça j’ai une grosse peur de l’engagement ;) donc à ce rythme la mon rêve de princesse pourra se réaliser, mais uniquement car je me marierai dans les 60 ans !!
    Tout ça pour dire qu’à mon avis tu as bien fait d’écrire cet article. Tu ne retrouveras peut être tes souvenirs d’enfance mais il est toujours bon de dire ce que l’on a sur le cœur et c’est peut être plus facile sur un blog que devant ta famille.

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 11 h 44 min

      Merci pour ton partage d’expérience… C’est riche !
      Et vraiment soulagée que tu me dises que j’ai bien fait :)
      J’ai pas mal hésité avant de le poster craignant les réactions… Et puis je n’avais aucunement envie de blesser mes parents, surtout pas ma maman !
      Le blog me permet de sortir des choses sans filtre, c’est vrai ;)

  • Reply
    Fabienne
    17 juin 2016 at 10 h 33 min

    les mécanismes du cerveau sont bien mystérieux.
    Je n’ai pas eu une enfance super heureuse…voir tristounette, avec des parents colériques et humiliants…
    Toujours sur le point de divorcer/ avec leurs enfants et plus ( famille plus large)au milieu de leurs déchirements…mais finalement cela n’aura jamais lieu car c’est comme cela qu’ils fonctionneront toujours. Entre haine et passion!
    Leur égoïsme crée un vide relationnel autour d’eux…Pour eux c’est de la faute des gens mais pas de la leur.
    Et de la faute de leurs enfants s’ils ne sont pas très chaleureux avec eux, évidemment.
    J’ai eu a cœur de ne pas reproduire ce model et mon cerveau me le rend bien car j’ai de nombreux souvenirs de mon enfance….douloureux. Mais j’arrive aussi à trier et en sortir d’heureux moments. Mystère du cerveau…
    Je suis épanouie dans ma vie de couple et de maman. Et je suis toujours en travail et apprentissage sur moi , grâce à mes enfants. Je veux être positive et l’offrir à mes enfants.
    Ma petite sœur, elles par-contre fait un blackout sur tout un tas de souvenirs .Même ceux dont moi je me souviens/ pas très heureux en ce qui la concerne. Elle ne se sent pas heureuse, bloquée dans sa vie.
    Elle débute une psychothérapie pour aider sa fille …et cela lui apporte beaucoup, je suis heureuse qu’elle prenne soin d’elle et d’elle-même ainsi . :)
    Nous avons 4 ans de différence, je suis l’aînée. Pourquoi son cerveau a elle régit- il de cette manière…mystère…
    Il me semble que de se souvenir des belles choses peu demander un certain travail sur soi dans certaines circonstances. Mais il est nécessaire de le faire si on veut mettre de la bienveillance dans sa vie :)
    Merci pour votre blog et ce joli billet .

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 11 h 47 min

      Merci beaucoup pour ce partage d’expériences si intéressant.
      Dans votre histoire, vous semblez être comme ma grande soeur, et moi avoir réagi comme votre petite soeur.
      Nous sommes tous différents, et il y a tellement de façons de réagir, etc.
      C’est exactement ça : « les mécanismes du cerveau sont bien mystérieux ».
      Merci aussi pour votre bienveillance :)

  • Reply
    Laurélie
    17 juin 2016 at 10 h 44 min

    Merci pour ce très joli billet… Encore une fois, je partage et ça me touche… Mes parents ont aussi divorcé, j’étais un peu plus âgée, j’avais 12 ans… En plein début de l’adolescence… S’en sont suivies des années de bagarre… Je n’ai pas beaucoup de souvenirs d’avant mes 12 ans… J’en ai quelques-uns quand même, mais pas toujours les bons… Je ne me souviens pas trop de la vie de famille par contre, juste quelques bribes… Et je me suis toujours dit aussi « je ne veux pas vivre cette vie là », après arrive ce qui doit arriver… Mais je pense que ce qu’on a vécu a des répercussions sur nos vies à nous plus tard, on en tire tous des leçons chacun à son niveau, et on tente de panser ses plaies comme on le peut…

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 11 h 48 min

      Oh merci ! <3
      Je suis totalement d'accord avec toi... Encore merci ! Vraiment ! :)

  • Reply
    sylvie
    17 juin 2016 at 13 h 06 min

    Tout a fait d’accord avec Laurelie, très joli billet, touchant.
    Pour ma part, pas de divorce pour mes parents et pourtant mes premiers souvenirs, les vrais à moi, datent de mes 11 ans je pense, pas avant. Je me souviens de ma soeur qui elle, avait beaucoup de souvenirs de sa petite enfance mais moi rien ! J’ai ceux que mes proches m’ont racontés, mais ceux là ne sont pas les miens et si ça se trouve ils ne sont même pas vrais ! Contrairement à toi , une période très difficile de ma vie reste dans ma tête comme si c’était hier, des mots, des images, c’est assez flippant . En même temps j’étais adulte, j’avais mes enfants alors pas trop possible de faire « reset » .
    Mais sans tout oublier, juste certaines choses douloureuses . Mais non! c’est là ! j’en déduis que mon cerveau n’est pas très gentil pour ne pas dire qu’il est un peu « c.. », il aurait pu faire un effort pour « oublier » ces mauvais moments. Enfin je fais avec et j’ avance même et serais-je ce que je suis sans ces « mauvais » souvenirs ? sans doute pas ! bise

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 14 h 29 min

       » J’ai ceux que mes proches m’ont racontés, mais ceux là ne sont pas les miens et si ça se trouve ils ne sont même pas vrais !  »
      Haha !!! Je me fais souvent la même remarque ! :D
      Tout ce qu’on vit, tous nos souvenirs forgent la personne que l’on est. C’est clair !
      Merci Sylvie !
      Bises

  • Reply
    Jenny0o0o0o
    17 juin 2016 at 13 h 36 min

    C’est marrant de lire ton post car on a eu cette conversation avec chéri il y 3 jours en vacances… On était tranquilles a Barcelone au soleil et j’ai entendu une musique et je lui ai dis, c’est marrant mais cette musique me ramène a un souvenir avec mon père mais quand j’étais vraiment petite, je ne saurais pas dire quoi mais ça m’a perturbée, j’ai adoré ces qq secondes de retour en arrière. Et chéri lui ma répondu comme toi que ça l’inquiétait il n’a aucun souvenir de lui petit. Ou vraiment très peu. C’est donc marrant d’avoir eu cette conversation avec lui et que tu ai fait ce post en même temps. Es tu ma sœur ? lol.
    Moi j’ai beaucoup de souvenirs enfin plutôt beaucoup de choses, d odeurs surtout me font faire des retours en arrière… J’ai eu une enfance heureuse. Simple mais heureuse. Je voudrais tellement revenir a mes 5 ans que je crois que je ferais tout pour ne pas oublier.
    Bonne journée a toi. Merci pour ce post!

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 14 h 32 min

      Alors Barcelone ??!! :D
      C’est trop drôle que je me décide à poster cet article juste après…
      Je ne sais pas si on est soeurs (lol), mais j’en profite encore pour te remercier pour le partage sur Instagram <3 <3 <3
      Belle journée :)

  • Reply
    Claudia etc
    17 juin 2016 at 14 h 16 min

    Je pense que ta mémoire ne veut peut-être pas se souvenir de moments qui pourraient remuer trop de choses en toi. Tu refoules peut-être certaines émotions ressenties d’où ce black-out…Je m’intéresse beaucoup en ce moment à l’enfant intérieur et lis beaucoup de choses sur le sujet. Tu devrais peut-être écouter et accueillir cette petite fille qui est en toi et qui n’attend qu’une chose: renouer le lien avec toi!!! ;)

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 14 h 34 min

      C’est beau ce que tu dis…
      On me parle de plus en plus de l’enfant intérieur, ça m’intéresse beaucoup :)
      Si tu as des lectures à me conseiller, n »hésite pas !

      • Reply
        Claudia etc
        17 juin 2016 at 17 h 42 min

        Je relis en ce moment un livre que j’avais acheté suite à de fortes angoisses « J’arrête d’avoir peur (21 jours pour changer) » de Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont spécialistes de l’enfant intérieur et qui est très intéressant. Sinon j’ai entendu beaucoup de bien de « Guérir son enfant intérieur » de Moussa Nabati! ;)

  • Reply
    lisa Giraud Taylor
    17 juin 2016 at 17 h 19 min

    J’ai une nette tendance en vieillissant à ne plus relever que les bons moments et les personnes qui sont intéressants et positifs (même dans le négatif… est-ce compréhensif ?) ; C’est un étrange sentiment quand on sait que l’enfance et l’adolescence ont oscillé entre le rêve complet (grâce à mes grands-parents et mes copains d’enfance) et l’angoisse complète (divorce des parents, nage parmi les requins, populaire à l’école donc jalousie mesquine)… Puis, je me suis dit que mon cerveau avait la possibilité de garder tout en mémoire (mon disque dur interne est particulièrement énorme) mais de laisser de côté les « soucis » ; La vie passe, je garde le bon, je stocke le mauvais et j’apprécie le tout…
    En grandissant, l’enfant que l’on était reste tapi dans un coin et ressurgit à chaque période difficile… On est toute sa vie un enfant, je pense que cela est une chose intéressante car cela permet de ne pas oublier de vivre sa vie, la vraie, la seule que l’on n’est … Malheureusement, cela, on s’en aperçoit qu’en vieillissant (après 40 ans, promis, juré, avant, on est insouciants, même si on est matures et responsables !)…
    Par exemple, j’aime regarder le regard de la petite fille que j’étais portait sur mes proches, la façon dont elle avait de regarder l’objectif sans complexe et qu’elle semblait savoir exactement où elle allait !

    J’essaie de me souvenir de plus de petits détails mais, moins aussi, le divorce de mes parents a obscurci ma mémoire… peut-être à bon escient …

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 17 h 43 min

      C’est vraiment intéressant de lire des bribes d’histoire de vous toutes !
      Mes grands-parents ont aussi joué un rôle primordial dans mon enfance… Tellement importants :)
      Je commence à entrevoir ce que tu dis… Mais j’ai encore un peu de marge avant les 40 ans ! Haha :D

  • Reply
    tinalakiller
    17 juin 2016 at 18 h 38 min

    Quel beau billet ;)
    Je n’ai pas vécu ta souffrance – mes parents n’ont jamais divorcé mais ça paraît évident que tu as subi une sorte de traumatisme.
    Après il y a beaucoup de gens qui n’arrivent pas à se souvenir de leur enfance – même s’il y a pas forcément un tel événément. Par exemple, ma soeur et moi n’avons pas du tout les mêmes souvenirs de mêmes événements. Parfois elle me traite de mytho « nooon mais y a pas eu ça » alors que finalement quelqu’un arrive à confirmer mes dires. Et vice versa. C’est étrange quand on y pense !

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 18 h 56 min

      Nous avons tous notre propre mécanique de cerveau !
      Haha ! Tu me fais rire avec ta soeur… C’est de temps en temps pareil avec la mienne, surtout quand je lui rappelle les chansons pourries qu’elle écoutait ado :D
      Merci en tout cas :)

  • Reply
    Céline
    17 juin 2016 at 22 h 30 min

    Olala le cerveau et tous ses mystères…
    Tu vas avoir de la lecture ma petite!!
    C’est fort ce que tu nous confies là. C’est courageux. J’ai en même temps pensé à mon cas et me suis demandé si j’allais écrire quelque chose. Et puis j’ai lu les commentaires précédents personnels.
    Je n’ai pas beaucoup de souvenirs non plus de mon enfance, plutôt comme des  »flashs ». Moi le complexe d’Oedipe, je ne connais pas, je n’ai jamais été proche de mon père, puis à partir de l’adolescence, c’est devenu conflictuel.
    Quand j’avais 20 ans mon père s’est suicidé. J’ai complètement occulté cette période de ma vie. Je ne me souviens même pas des obsèques. C’est tout un sujet philosophique qui se pose encore dans la tête aujourd’hui. Pourquoi? C’est en partie à cause de moi. Je n’ai pas eu le temps de dire ce que j’avais sur le coeur. La possibilité de renouer des liens. Je m’en veux de plein de choses. Et en même temps, jai été comme délestée d’un poids, fini les conflits, fini les comptes à rendre, fini les restrictions. C’est horrible hein! Je sais. Ça fait plus de 10 ans et j’en pleure encore avec toutes ces réflexions. J’ai une grosse carapace depuis qui me rend hermétique à beaucoup de choses dans la vie quotidienne comme au boulot, c’est une force mais qui bloque ce que j’ai à l’intérieur. Et qui me bloque dans la vie. Je sais que ma peur d’avoir des enfants vient de là. Je ne veux pas être comme mes parents l’ont été notamment, et suffit pas juste de le penser.
    J’ai encore un gros travail sur moi même à faire et je ne vois pas si j’évolue.
    Voilà. Aussi, je vois la vie autrement, comme on en a déjà discuté, je recherche le bonheur partout et essaie de relativiser dans les moments difficiles. J’essaie de calmer ma spontanéité excessive et mon caractère défini. La méditation pourrait être pas mal d’ailleurs.
    Mais bon, ça fait partie de moi et je ne peux pas l’éviter.
    Séance confidences terminée :)

    • Reply
      Fanny
      17 juin 2016 at 22 h 51 min

      Tout d’abord, je tiens à te dire à quel point tu es courageuse et forte de te livrer ainsi…
      Je suis sincèrement désolée que tu aies eu à vivre ça, et je ne te cache pas que je trouve mon « histoire de divorce » bien ridicule à côté.
      Cela fait quelques mois maintenant qu’on parle régulièrement des enfants… Et aussi peu que je puisse le voir, je te garantis que ça évolue. Tu en parles beaucoup, ce n’est pas pour rien.
      Savoir ce qu’on ne veut pas reproduire est énorme et je te garantis que tu feras les choses à ta façon, pas comme tu les as vécues.
      Moi j’ai « reproduit » un divorce, mais dans un couple, on est deux et tout ne dépend pas que de soi. A part ça, je pense toujours à ce que je veux transmettre à doudou, et surtout aux erreurs que je ne veux pas commettre.
      On me dit souvent que je suis trop proche de lui, trop fusionnelle, que je « l’encense »… Mais je souhaite plus que tout que doudou ne se sente jamais seul, pas aimé, mal dans sa peau, ou qu’il n’ait pas confiance en lui. Quitte à lui répéter plusieurs fois par jour à quel point je l’aime et à quel point il est beau, etc.
      En tout cas, je suis heureuse de ta façon de penser aujourd’hui que je connais plus ou moins.
      Tu as toutes les cartes en main pour être heureuse, tu es intelligente, et je ne doute pas une seule seconde que tu seras une super maman dès lors que tu te sentiras prête. Ca peut venir plus vite que prévu ;)
      Câlin virtuel <3

  • Reply
    Summer Girl
    17 juin 2016 at 23 h 14 min

    Ton article est magnifique et les commentaires le sont autant, mes parents ont divorcé également mais j’avais 12 ans, j’avoue que j’ai peu de bons souvenirs de mes 12 à 14 ans alors que j’ai énormément de souvenirs de mon enfance, le plus ancien remonte à mes 3 ans ma première sieste à l’école en maternelle, je me souviens de tout dans les moindres détails, je ne sais pas si tu y as déjà songé mais as-tu pensé à l’hypnose? Je n’en a jamais fais mais je pense que dans ton cas ça te permettrait d’aller retrouver des moments heureux de ton enfance <3

    • Reply
      Fanny
      19 juin 2016 at 19 h 50 min

      Merci beaucoup !
      Haaaa les mystères du cerveau… J’ai déjà pensé à l’hypnose mais je pense que j’aurais un peu peur de ce qui pourrait « remonter ».

  • Reply
    Céline
    18 juin 2016 at 12 h 35 min

    Alors sache que ton histoire n’est pas ridicule à côté. Il n’y a pas à comparer, on a chacune notre histoire.
    Bon, c’est plus facile de se confier derrière un écran ;) Et puis toi tu le fais bien sur ton blog au vu et critique de tous.
    Je ne critique jamais comment les personnes élèvent leurs enfants, je ne sais comment moi je serais et puis chacun fait comme il l’entend. On veut tous le bien de nos enfants. Personne n’est parfait. Je préfère les conseils aux critiques. Je suis sûre que tu es une très bonne maman, même si ce n’est pas simple tous les jours j’imagine, l’amour est très important.
    Merci pour tout ce que tu me dis, ça me touche.
    Câlin virtuel aussi :)

  • Reply
    lae
    19 juin 2016 at 15 h 34 min

    Très joli post là et tellement vrai !
    Pour ma part, j’ai eu une enfance heureuse, « normale » mais mes souvenirs sont très éparses aussi ! J’ai 6 ans d’écart avec mon frère, je suis l’aînée et quand il est né j’ai fait un blocage (je m’en souviens ^^), de grosse pipelette je suis devenue muette comme si « ma » place m’avait été enlevé et après je suis devenue la grande sœur donc responsable. Du coup j’ai beaucoup plus de souvenirs avec lui que moi toute seule et heureusement mes parents ont fait des films, des photos et me racontent souvent des anecdotes qui font que je visualise certaines choses d’avant.
    J’avais vu un documentaire justement sur le fait que traumatisme ou pas, il apparaît que nous avons une étape (l’enfance) qui disparaît de notre mémoire, il faudrait que je retrouve le titre de ce doc, c’était très intéressant et visiblement c’est quelque chose de purement « scientifique » et propre à l’être humain !
    Alors bien sur, si à cette époque on a vécu des périodes difficiles ça doit jouer énormément !
    Pour ma part, j’ai tendance à occulter volontairement le « mauvais » parce que ça ne fait pas avancer d’où ma facilité au pardon mais on a tous des automatismes qui font que notre fonctionnement a sa propre logique je crois ^^
    Je suis née prématurée et j’ai passé mes 5 premiers jours de vie sans mes parents et j’ai l’impression (peut-être romantique !) que ma seule volonté de vivre a fait qu’aujourd’hui j’aime avancer dans ma vie et me débrouiller toujours toute seule, sans l’aide de personne et c’est même une obsession ^^
    Les mystères du cerveau humain…..

    • Reply
      Fanny
      19 juin 2016 at 19 h 55 min

      Je ne suis pas l’aînée, mais je crois qu’il y a toujours un petit « blocage » ou quelque chose comme ça, quand un deuxième arrive.
      C’est tellement normal !
      Ah oui, retrouve le titre !!!
      Concernant ta dernière idée, ce serait tellement logique que ce n’est pas étonnant ;)

  • Reply
    Lion Love Laugh
    19 juin 2016 at 19 h 29 min

    Je trouve l’inconscient et tous ces trucs de cerveau absolument fascinants, que tu te sois protégée ainsi. Même si maintenant tu regrettes un peu de ne pas avoir de souvenirs de cette période de ta vie, ça t’a sûrement fait du bien… Le cerveau ne peut pas se tromper j’imagine…
    De mon côté, même si je n’ai jamais eu à vivre la même chose que toi, j’ai déjà remarqué qu’il m’arrive d’oublier certains moments gênants ou tristes : là encore de la protection, et même si c’est un peu frustrant de ne pas se souvenir, je me dis que c’est sûrement pour le mieux.
    Et puis nos cerveaux sont tous faits différemment : par exemple, mes plus vieux souvenirs remontent à 3 ans et demi / 4 ans, alors que mon frère a des souvenirs de quand il avait 2 ans et demi… Comme quoi la mémoire… !
    Bref, mon commentaire est un grand n’importe quoi, en tous cas, ce que je veux dire c’est que cette petite fille qui avait préféré oublié, je pense qu’elle a fait ce dont elle avait besoin. A toi maintenant de trouver ce dont tu as besoin ;)
    Bisous ♡

    • Reply
      Fanny
      19 juin 2016 at 20 h 01 min

      Je suis comme toi, je trouve ça tellement fascinant.
      2 ans et demi, c’est fou ça :) C’est aussi ça qui est fascinant de voir à quel point c’est différent pour tout le monde.
      Je te rassure sur ton commentaire qui n’est pas du tout n’importe quoi, c’est très pertinent et compréhensible !
      Bisous <3

  • Reply
    Marie des Neiges / inside the magical box
    19 juin 2016 at 20 h 00 min

    C’est un texte fort que tu nous partages aujourd’hui et j’avoue que ma première envie est de te faire un grand câlin! Je suis complètement étrangère au monde du divorce et je suis peinée d’apprendre que tu as mal vécu celui de tes parents. Ta réflexion autour de tes « souvenirs disparus » est intéressante. Je pense que l’on a tous des périodes difficiles que l’on a voulu occulté et en effet, les souvenirs s’effacent. J’ai quelques années de ma vie – vers 10-12ans – dont je ne me souviens pas. Et c’est assez frustrant. Je ne sais pas si ces souvenirs peuvent ressortir un jour ; s’ils sont temporairement enfouis ou bien totalement éradiqués. Encore un mystère de notre complexe cerveau…
    En tout cas, merci d’avoir eu le courage de nous livre ces pensées. J’avoue que tu m’as fait réalisé quelques petites choses me concernant !

    • Reply
      Fanny
      20 juin 2016 at 19 h 12 min

      T’es adorable <3
      Ton commentaire ne pouvait pas plus me faire plaisir... Moi qui hésitais tellement à le publier je suis absolument ravie de tous vos retours :)

  • Reply
    Manue
    19 juin 2016 at 21 h 25 min

    J’ai toujours eu une très courte mémoire — » je ne me souviens plus de choses qui se sont passés il n’y a que quelques années alors mon enfance, tu parles, j’ai plus trop de souvenir. Il y a toujours des faits marquants mais pas plus que ça. Je n’ai même plus trop de souvenirs de mes années primaire ou collège. J’ai peut-être un soucis d’ailleurs ? :D
    Heureusement qu’il y a les photos (c’est peut-être pour ça que j’adore en prendre ?) pour se souvenir un peu plus des voyages ou des grands moments sinon il ne resterais plus grand chose. Et c’est une immense frustration d’ailleurs.

    • Reply
      Fanny
      20 juin 2016 at 19 h 14 min

      On est tous tellement inégaux sur le plan des souvenirs.
      Certains se rappellent parfaitement leur maîtresse de maternelle quand d’autres peinent à se souvenir de ce qu’ils ont fait à Noël dernier !
      Je partage ton avis sur les photos… C’est essentiel :)

Leave a Reply