Livres

[Lecture] Une carte postale du bonheur, de Cristina De Amorim

Il y a quelques jours, j’ai terminé Une Carte postale du bonheur... J’ai encore du mal à m’en remettre. C’est le genre de livre qu’on n’oublie pas, qui vous marque, tant il est éprouvant mais surtout excellent.

Nous suivons l’histoire de Juliette qui décide de mettre fin à son mariage en dépit des qu’en-dira-t-on. Maman d’un petit garçon de 5 ans, elle préfère affronter cette épreuve plutôt que de passer toute une vie au côté d’un homme qu’elle n’aime plus. Durant cette période délicate, elle rencontre Thomas, un jeune homme bien sous tous rapports qui lui fait la cour. Une cour digne d’un conte de fées. Comment ne pas craquer ?

Cette histoire est une lente descente aux enfers… Dès le départ, on a envie de crier à Juliette « fuis ». Sous ses airs – trop beaux pour être vrais – d’homme parfait, on ne le sent pas ce Thomas. Quelques signes montrent rapidement qu’il n’est peut-être pas aussi formidable que ça. Mais Juliette y croit. Elle plonge tête baissée dans une nouvelle histoire d’amour à un moment de fragilité. C’est une femme d’une trentaine d’années qui veut être heureuse. Tout simplement.

Même si l’histoire d’amour tourne au cauchemar, Une Carte postale du bonheur n’est pas plombant. Au contraire, de nombreux passages sont particulièrement drôles. L’écriture est parfaitement maîtrisée, fluide et les émotions si bien retranscrites. Lors de certains passages, j’ai eu quelques difficultés à retenir mes larmes tant certaines situations font écho.

Je me suis prise d’affection pour Juliette, j’avais envie d’être près d’elle, de la soutenir et aussi parfois de lui mettre un bon coup de pied aux fesses. Tom, son fils, est surprenant d’intelligence et de maturité. D’ailleurs, tous les personnages sont réussis. On a juste envie de les connaître mais surtout de discuter avec Juliette.

La morale du livre pourrait être : toucher le fond pour mieux se relever. Qui n’a jamais vécu un moment de profond désespoir ? Des épreuves dont on se croit incapable de se remettre ? Et pourtant…

Le personnage de Juliette m’a inspiré une empathie incroyable. On comprend plutôt bien la psychologie du personnage même si nous ne cautionnons pas toujours ses choix. Le gros point d’interrogation est Thomas Narcise. Je me suis interrogée tout au long du livre sur lui. Pourquoi était-il comme ça ? Quelles étaient ses véritables intentions ? Ses pensées ? Ses sentiments ? Sont évoqués les termes de pervers narcissique et de manipulateur. Derrière ces notions, se cachent des personnes toxiques à fuir absolument. Pourtant, j’aurai aimé en savoir plus sur Thomas, peut-être entendre sa voix. C’est certainement le propre de l’humain de chercher à comprendre l’inacceptable.

Le livre aborde également le problème des jugements. Les gens ne peuvent s’empêcher de juger sans savoir. Il est important de rappeler qu’il est présomptueux – voire complètement stupide – d’émettre une opinion sans vivre avec les gens.

Quoiqu’il en soit, je ne souhaite pas vous en dire plus… Inutile de tout vous dévoiler par ici. Et puis, clairement, il faut lire ce livre. Ne passez pas votre chemin parce que vous trouvez la couverture pas terrible ou que vous craignez un énième livre feel-good.

Cristina de Amorim est une auteure brillante qu’on a envie de prendre dans ses bras. Ses références sont excellentes. Forcément, force est de constater que nous partageons les mêmes goûts littéraires. Comment ne pas être sensible à sa plume ? Une Carte postale du bonheur est un immense coup de coeur. Une de mes plus belles lectures de l’année.

♡♡♡

Résumé :

Juliette vit depuis neuf ans avec un mari qui ne la fait plus rêver. Amoureuse de l’amour, elle le vit désormais par procuration en lisant Jane Austen et en élevant son petit garçon de cinq ans. Mais, à quinze jours de fêter son trentième anniversaire, Juliette suffoque et ne parvient plus à faire semblant. Elle demande le divorce et se retrouve plongée dans un état de fragilité et de confusion totale. Thomas débarque alors dans sa vie sans crier gare. C’est le début d’une histoire d’amour qui ne tarde pas à se transformer en une véritable descente aux enfers. En l’espace de quelques mois, Juliette se métamorphose pour devenir une personne qu’elle n’a jamais été : soumise, dépendante, à la recherche d’un physique qui n’est pas le sien. Thomas surveille non seulement son poids, mais aussi ses tenues, ses mails et ses mouvements. Ses amis ont beau l’exhorter à fuir cet homme qu’ils qualifient de pervers narcissique, Juliette ne veut rien entendre. Elle veut croire au bonheur.

Une carte postale du bonheur – Avez-vous envie de le lire ?

 

 

 

 

 

 

5 J'aime

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply
    Céline
    17 avril 2018 at 12 h 38 min

    C’est bon j’achète !
    Je suis tellement déçue de mes dernières lectures que j’ai envie d’un livre vraiment vraiment bien.
    Un petit tour à ma librairie va s’imposer ;)
    Merci pour cet article.

    • Reply
      Fanny
      12 mai 2018 at 15 h 49 min

      Il est top top top !
      T’en es où dans tes lectures ? Tu lis quoi en ce moment ?

      • Reply
        Céline
        12 mai 2018 at 16 h 33 min

        Je boude un peu ma médiathèque… Je n’y trouve pas ce que je cherche.
        Je suis en train de lire Et nous ne vieillirons jamais de Jennie Melamed. Roman dystopique. J’ai lu 1/3 du livre et j’ai l’impression qu’on est encore à l’introduction ou ça ne va pas assez vite. J’ai du mal à identifier les personnages, je les mélange. J’ai le dernier De Vigan en attente ;)

  • Reply
    Samsha
    17 avril 2018 at 23 h 23 min

    Très intriguée par ce titre dont je n’avais pas entendu parler. Je le note dans ma wishlist!

    • Reply
      Fanny
      12 mai 2018 at 15 h 49 min

      C’est vraiment un excellent premier roman ! :)

  • Reply
    Ornella
    18 avril 2018 at 9 h 27 min

    Je ne sais pas si je suis prête psychologiquement à lire ce genre de livre. Ca a un écho tout particulier pour moi, ces histoires. Non pas que j’ai vécu d’histoire similaire mais je ne sais pas, j’ai la sensation que ça m’atteint personnellement.

    • Reply
      Fanny
      12 mai 2018 at 15 h 50 min

      Certains passages sont en effet particulièrement difficiles… En le commençant, je ne m’attendais pas du tout à ça !

  • Reply
    Sand Mayer
    18 avril 2018 at 13 h 13 min

    Merci pour ce compte rendu ! Très envie de le lire oui. Je pense aller l’acheter ces jours ci. Des exemples de ces  » petits signes  » qui mettent le doute sur le personnage de Thomas ?

    • Reply
      Fanny
      12 mai 2018 at 15 h 51 min

      Je ne sais pas si tu l’as acheté/commencé/lu entièrement… Le personnage de Thomas est plutôt complexe et reste pour moi une énigme. Ravie d’en parler avec toi si tu l’as lu ! :)

      • Reply
        Sand Mayer
        12 mai 2018 at 18 h 57 min

        Oui ! Merci Fanny ! Acheté, lu et parlé sur mon blog ! Merci pour ton retour et surtout merci de m’avoir donné envie de le lire ;)

  • Reply
    Manue
    21 avril 2018 at 22 h 00 min

    Ton avis me donne très envie de lire ce livre :) je note ça sur ma liste. Merci pour la découverte !

    • Reply
      Fanny
      12 mai 2018 at 15 h 52 min

      Avec grand plaisir ! C’est un bonheur de faire découvrir ce premier roman excellent ! :)

Leave a Reply