Humeurs Lectures positives

Choisissons d’être heureux

Il est très fréquent que nous nous gâchions la vie avec des croyances qui sont totalement à côté de la plaque. Depuis quelques temps, je réalise à quel point je m’étais plantée sur ma vision du bonheur. Quand j’étais plus jeune, j’étais persuadée qu’il existait deux catégories de gens : ceux faits pour être heureux et les autres. Forcément, je me plaçais dans le second groupe. Comme si la vie pouvait être une fatalité. Comme si nous n’avions pas d’autre choix que de subir. Subir encore et toujours.

Il est vrai que toutes ces questions sont aussi liées à notre éducation… A ces fameuses croyances que les « grands » essayent de nous inculquer tout au long de notre construction. J’ai très longtemps pensé qu’on n’avait pas le choix. Avoir le choix. Vaste notion qui divise très souvent les gens. Certains pensent que dans la vie on n’a pas le choix (d’avoir un boulot guère épanouissant, un conjoint avec lequel nous ne sommes pas heureux, etc.). Puis il y a les autres. Les autres qui ont la bonne idée de croire qu’on a le choix. D’être heureux. De faire un chouette travail. D’avoir un quotidien qui ressemble le plus possible à ses idéaux. D’avoir des rêves. Et surtout d’oser et d’essayer.

bonheur

On a tendance à se dire qu’on n’a pas le choix parce-que tout ça fait peur. Finalement, c’est souvent bien plus effrayant de choisir d’être heureux que l’inverse. Se donner les moyens d’être heureux tout en gardant la tête sur les épaules. Ce n’est pas évident… Imaginez-vous dire à votre amoureux ou à vos parents que vous plaquez votre CDI au salaire pas dégueulasse pour vivre vos rêves quelqu’ils soient.

Ces dernières années, j’ai changé d’optique… Je ne sais pas si c’est la maternité, la maturité ou ma rencontre avec mon chéri. Mais force est de constater que je m’autorise des rêves et que je compte bien en réaliser quelques-uns. Mes rêves ne sont pas forcément évidents mais ils sont réalisables à condition de se mettre un bon coup de pied aux fesses. J’ai aussi compris que c’est à nous de décider d’être heureux, personne ne le fera pour nous. Alors bien sûr, la vie n’est pas exempte d’épreuves, de moments difficiles ou de périodes où on a envie de tout envoyer balader. Mais maintenant je m’accroche à mon urgence de vivre. Vivre pour de vrai. Très (trop ?) longtemps, j’ai eu l’impression de survivre. J’enchaînais mes journées comme un automate. Finalement, c’était bien triste.

Dans la lignée de mon billet « Et si on s’entourait de personnes bienveillantes ? », j’ai lu le livre Les Quatre Accords Toltèques (un immense merci à Constance des Editions Jouvence). Ca a été une petite révolution intérieure… Car même si on a tendance à connaître tous ces grands principes de vie, il est bien difficile de les appliquer au quotidien. Moi la première !

les4accordstolteques

Le premier accord toltèque : Que votre parole soit impeccable

En théorie, nous avons tous des grands principes. Dans les faits, il n’est pas toujours évident de les respecter. Qui ne s’est jamais mordu les doigts d’avoir prononcé des horreurs à une personne aimée ? Le fameux moment où on s’engage vers un point de non-retour en allant clairement trop loin. Il n’est pas rare que les mots dépassent notre pensée et qu’on parle sans réfléchir. C’est souvent le problème des gens impulsifs, entiers et excessifs. Oups, je coche ces trois défauts. En plus de blesser l’autre sur le coup de l’énervement, on se fait du mal à soi-même en culpabilisant comme pas possible. Au secours le cercle vertueux. J’essaye de rendre mes paroles plus impeccables mais je suis consciente que c’est un travail de longue haleine pour ne plus avoir de débordements fâcheux.

Don Miguel Ruiz, l’auteur, explique :

« Ce que l’on ne voit pas, c’est que le mauvais usage de la parole nous enfonce chaque fois un peu plus profondément en enfer ».

Le deuxième accord toltèque : Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

Dans mon billet sur les personnes bienveillantes (ou non en l’occurence !), je vous expliquais à quel point j’avais été blessée par certains propos tenus par mes proches. Si ça doit se reproduire, je tenterais au maximum de ne pas oublier le deuxième accord plutôt que de « pleurer » pendant quelques jours. Ce n’est pas chose aisée de ne pas prendre les choses personnellement… Nous ne sommes pas des robots, juste des êtres humains, avec nos doutes et nos failles. Je pense que pour avoir un réel détachement en toutes circonstances, c’est le travail d’une vie !

«  Quoi que les gens fassent, quoi qu’ils ressentent, qu’ils disent ou pensent, n’en faites pas une affaire personnelle ».

« Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle, parce qu’en prenant les choses personnellement vous vous programmez à souffrir pour rien ».

C’est exactement ça ! Qui n’a jamais ruminé pendant des heures/des jours après avoir entendu des atrocités ?

Le troisième accord toltèque : Ne faites pas de suppositions

Ma spécialité ! Je suis la reine des suppositions… Je me fais des films et j’en fais un drame. Purée ce que c’est pénible d’être comme ça. En plus de créer des conflits, on se rend totalement malheureux. Pour rien. Pour des suppositions. Certainement pas pour des vérités. Au début de mon histoire avec mon amoureux, j’avais l’art et la manière de faire des suppositions pour tout et surtout n’importe quoi. La seule conséquence a été de créer des faux problèmes… Quelle perte de temps et d’énergie pour tout le monde !

« On ne voit et entend que ce que l’on veut bien voir et entendre. On ne perçoit pas les choses telles qu’elles sont ».

Faire des suppositions était ma façon à moi de me protéger… J’avais si peur d’une nouvelle histoire d’amour, je me sentais si peu prête que je préférais l’imaginer comme ci ou comme ça. A tort. J’ai eu la chance d’avoir en face de moi quelqu’un qui avait saisi tout ça (même avant moi !).

Le quatrième accord toltèque : Faites toujours de votre mieux

J’adore ce quatrième et dernier accord. Il est beau et résume très bien les trois premiers. Je pense qu’on a tout à gagner en l’appliquant. Il suffit de suivre le contexte, notre état d’esprit, etc. Mais faire de son mieux ne peut être que bénéfique. Pour soi et pour les autres.

« Mais si vous faites moins que mieux, vous vous exposez aux frustrations, au jugement personnel, à la culpabilité et aux regrets. Faites donc simplement de votre mieux, quelles que soient les circonstances de votre vie ». … « Si vous faites de votre mieux, vous vivrez votre existence intensément ».

Ca me plait bien tout ça… L’auteur explique qu’on apprend ainsi à s’accepter et qu’il est primordial d’être dans l’action pour vivre pleinement. « L’inaction est notre manière de nier la vie. L’inaction, c’est rester assis devant la télévision chaque jour pendant des années, parce que vous avez peur d’être vivant et de prendre le risque d’exprimer qui vous êtes ».

♥♥♥

Je pense que « Les Quatre Accords Toltèques » est le genre d’ouvrage qui devrait tomber entre toutes les mains. Peu importe qui on est et à quel cheminement nous sommes, lire ce livre n’est pas du superflu. Je n’ai pas forcément adhéré à tout ce qui était écrit dans le livre mais l’essentiel est de prendre ce qui fait écho en nous. Cette lecture m’a fait beaucoup de bien, et je garde tous ces accords dans un (grand) coin de ma tête car je pense effectivement qu’ils peuvent participer grandement à une quête de bonheur et de sérénité.

J’espère que cet article vous aura plu… En tout cas, moi j’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire car c’est un sujet qui me touche beaucoup (comme tout le monde non ?!). J’attends avec impatience vos avis/ressentis/impressions !

flèche - copie

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter, Instagram et Hellocoton !

Enregistrer

9 J'aime

You Might Also Like

36 Comments

  • Reply
    Emilie G
    9 mai 2016 at 9 h 15 min

    Moi je me sens plutôt coincée dans ma vie… Boulot, ménage, enfants, dodo…
    Et le plus triste c’est que même en cherchant bien, je crois que je n’ai pas de rêve. Je suis juste dans cette spirale sans fin où les jours se suivent et se ressemblent…..

    • Reply
      Fanny
      9 mai 2016 at 18 h 30 min

      Oulala ça sent un peu la déprime tout ça…
      Faut pas ! De ce que j’en vois, tu as un mari et deux enfants formidables !
      Notre famille est notre force :)

  • Reply
    Vanessa
    9 mai 2016 at 9 h 58 min

    Je suis comme toi, je vis dans un monde de suppositions (débiles la plupart du temps, soyons franches ;) ) et ça m’épuise moi-même ! Très bel article. Je n’ai pas encore lu ce livre dont j’entends vraiment beaucoup de bien. Il va falloir que je le mette rapidement sur ma liste.

    • Reply
      Fanny
      9 mai 2016 at 18 h 31 min

      Ca me rassure de savoir que je ne suis pas la seule à être experte en suppositions débiles !
      J’espère que le livre te plaira :)
      Merci pour ton commentaire !

  • Reply
    Céline
    9 mai 2016 at 10 h 52 min

    J’aime tout ce que tu as dit, et je me vois dans tout ça aussi.
    Je me rends compte que je change aussi (que je m’améliore comme le bon vin héhé !) comme tu le dis. Il y a eu une prise de conscience à un moment indéterminé il y a peu de temps, où le bonheur de soi et de notre famille est primordial et qu’il faut s’en donner les moyens pour ne pas subir la vie (et sombrer dans la déprime la plus totale parce que rien ne va).
    Alors je préfère voir le verre à moitié plein.
    Et j’essaie aussi de ne plus supposer ! Ce que dit mon livre sur la méditation (que je n’ai pas encore fini, j’avais fait une pause) rassemble à ce dont parle le livre que tu présentes, ne pas imaginer le futur car ça nous fait du mal car ça se passe rarement comme on le prévoit. Ne pas s’embarrasser du passé car on ne peut pas le changer mais qu’on peut l’assumer parce qu’il fait partie de nous. Et donc vivre du présent.
    Alors j’y travaille parce que tout ça c’est un peu difficile, comme tu dis selon notre éducation et autres facteurs extérieurs.
    J’en parle aussi avec mon chéri qui est pire que moi en supposition ! ! « Et si…et si…et j’ai cru que… » Stop!
    Mais moi je n’ai pas de grands rêves… J’ai un boulot plaisant qui paie bien avec plein de congés, j’ai un chouette mari, une famille unie et bienveillante, je suis proprio, alors quoi de plus… Alors oui, un bébé qui serait la suite (trop) logique mais qui m’effraie tant. En fait, j’ai du mal à me projeter dans le futur, à me voir dans 5, 10 ans. J’ai eu tellement de mal à atteindre le bonheur dans lequel je suis actuellement, à me sentir bien, que je me complais un peu dedans maintenant, comme ça. (Hello peur du futur !)
    Haha on dirait que je parle à un psy ! Fanny ma psy ;)
    Bref.
    J’aime quand tu fais des articles comme ça, je me reconnais tellement dans ce que tu écris. Et je ne suis pas seule à réfléchir sur tout ça et à essayer d’être moins impulsive-entière-excessive… Huhu!
    Faudra que tu me prêtes ces Quatre Accords Toltèques :) :)

    • Reply
      Fanny
      9 mai 2016 at 18 h 38 min

      Je comprends totalement ce que tu dis et je m’y retrouve aussi.
      Je suis heureuse que cet article te parle et que tu te reconnaisses.
      Ca marche pour les Accords ! Mais il y a du monde sur la liste ;)
      <3 <3 <3

      • Reply
        Céline
        9 mai 2016 at 19 h 38 min

        Je regarderai s’il est à la médiathèque. Sinon je prendrais un ticket ! J’ai le temps, j’ai quelques livres en attente et j’attends encore mon livre réservé a la médiathèque.
        Et si tout était simple, on s’ennuierait!! Et on n’aurait pas grand chose à raconter… ;)

  • Reply
    La vie qui me ressemble
    9 mai 2016 at 14 h 55 min

    Tout à fait d’accord avec toi ! Moi aussi j’ai pris conscience depuis 1 an peut-être de cette notion de choix. Tout est possible, il faut juste se donner un coup de pieds aux fesses, y croire, se battre… J’ajoute ce livre sur ma liste des bouquins à lire ;)

    • Reply
      Fanny
      9 mai 2016 at 18 h 39 min

      Ce n’est pas évident tout ça… Mais tu as bien résumé : il faut y croire et se battre ! :)

  • Reply
    Lion Love Laugh
    9 mai 2016 at 15 h 14 min

    Je suis de ceux qui croient qu’on a toujours le choix (c’est déjà un bon début) – on a le choix de ruminer nos malheurs, nos disputes, nos problèmes, et puis on a le choix d’aller de l’avant et de « faire de son mieux » comme le dit ce quatrième accord si justement. Merci pour la découverte de ce livre que je vais lire au plus vite, car après avoir lu ton article, je ne peux qu’imaginer le bien que me fera la lecture complète ! Bisous ma belle et merci pour tes mots ❤

    • Reply
      Fanny
      9 mai 2016 at 18 h 40 min

      C’est même un très bon début !
      Merci à toi pour ton commentaire <3
      Bisous

  • Reply
    Le Bloc-Notes de Carmen
    9 mai 2016 at 18 h 20 min

    Il faut vraiment que je travaille sur le deuxième et troisième accord toltèque.. Ah la la la, pas facile mais si c’est le travail d’une vie comme tu le dis, autant commencer maintenant non?^^

    • Reply
      Fanny
      9 mai 2016 at 18 h 41 min

      Je ne peux concevoir ça que comme ça : le travail d’une vie !
      Il faut être un sacré grand sage pour pouvoir appliquer ces quatre accords… Je sais que j’ai encore pas mal de boulot ! Oh oui ! ;)

  • Reply
    Anaïs - Alesfleurs ♥
    9 mai 2016 at 19 h 14 min

    J’aime beaucoup cet article… J’avais commencé à le lire il y a un bail !
    Ce que je trouve compliqué c’est le fossé entre savoir, savoir ce qu’il serait mieux de faire, ce qui nous ferait du bien, être pragmatique… Et l’appliquer dans la vie de toujours. Quand les sentiments sont trop forts, irrationnels ou profondément ancrés, ce n’est vraiment pas facile :/

    Mais je comprends tout à fait ce que tu écris, et tu as raison !! Moi mon bonheur c’est de constater ce qui me rend heureuse au quotidien (:
    ♥ ♥

    • Reply
      Fanny
      10 mai 2016 at 19 h 00 min

      On est bien d’accord de la difficulté d’appliquer tout ça au quotidien…
      Je suis très heureuse de ton commentaire :)
      Merci <3

  • Reply
    tinalakiller
    9 mai 2016 at 21 h 33 min

    Je suis d’accord, c’est un bon article ! Je crois effectivement que même si la vie est parfois faite de malheurs, de désagréments etc… nous seuls sommes capables de rebondir, de décider de mettre de côté les gens et les choses qui nous font mal, en tout cas de mieux gérer certaines situations et surtout ne pas avoir l’impression qu’on ne vit pas sa vie. C’est difficile mais il faut garder un esprit positif pour pouvoir être heureux.

    • Reply
      Fanny
      10 mai 2016 at 19 h 01 min

      Merci ! :)
      Je suis totalement d’accord… Il faut rester sacrément positif pour être heureux. C’est vraiment chaud sinon !

  • Reply
    Jenny0o0o0o
    9 mai 2016 at 21 h 53 min

    J’adore tous tes posts. Tt me ressemble tellement a chaques fois. J’ai l’impression que je pourrais publier exactement les mêmes articles que toi! Du coup forcément j’adore te lire. Et oui moi aussi c’est qqc que j’essaye de travailler au quotidien mon petit bonheur. S entourer de gens souriants gais volontaires est primordial. Ça n’apporte que du positif. Il faut se forger son petit caractère aussi pour accéder au bonheur. :) lol. Il n’y a que ce bébé qui se fait attendre qui me met des barrières pour atteindre le moment ou je dirais c’est bon je suis heureuse. :) comme toi le numéro 3 est mon souci. Pfiou tjr a me demander si je dérange pas, si on m’aime toujours lol. Question récurrente en amour comme en amitié : tu m’aimes ? Lol. Et des que je doute (pour rien) je me crée des films pfiou.
    Allez j’marrête lol. Continues comme ça j’adore !!!!

    • Reply
      Fanny
      10 mai 2016 at 19 h 03 min

      Oh tu n’imagines pas comme ça me fait plaisir et à quel point ça me touche !
      Merci merci merci <3

  • Reply
    Summer Girl
    9 mai 2016 at 22 h 38 min

    J’ai pas mal changé aussi avec le temps, sûrement la maternité, le fait de se recentrer sur l’essentiel et les petits bonheurs du quotidien, pendant ma semaine de vacances j’ai ramassé des pommes de pins avec mon fils qui était le plus heureux du monde avec sa maman, on est allés à la mer faire quelques châteaux de sable et ces moments de partage m’ont fait le plus grand bien :) alors oui on a le choix d’être heureux, il est à la portée de tous mais il faut savoir le chercher au bon endroit, il est souvent là où ne l’attend pas <3

    • Reply
      Fanny
      10 mai 2016 at 19 h 07 min

      Exactement !
      Ces derniers jours, on a aussi profité de moments à trois qui font tellement de bien :)
      Les petits bonheurs du quotidien !! <3

  • Reply
    Laurélie
    11 mai 2016 at 8 h 41 min

    Chouette article ! Je m’y reconnais dans pas mal de points… Et je note le conseil lecture :)

    • Reply
      Fanny
      11 mai 2016 at 17 h 23 min

      Merci beaucoup :)
      C’est typiquement le genre de livres dont on prend ce dont on a « besoin » !

  • Reply
    Claudia etc
    11 mai 2016 at 9 h 38 min

    J’ai beaucoup aimé ton article car il me met face à mes questionnements du moment. Les suppositions je connais et ça a fini par me rendre malade avec des tonnes d’angoisses. Depuis peu, j’ai comme eu une prise de conscience et je me rends compte que mes journées peuvent être remplis de tonnes de petits bonheurs juste en changeant ma façon de penser et de voir les choses!
    J’avais beaucoup apprécié les Quatre Accords Toltèques mais parmi tous les livres de développement personnel que j’ai lus ces dernières années d’autres m’ont encore plus marquée!!
    Bisous bisous

    • Reply
      Fanny
      11 mai 2016 at 17 h 25 min

      C’est toujours la fameuse question de savoir si on préfère voir le verre à moitié plein ou à moitié vide :)
      Merci pour ton commentaire !
      Bisous

  • Reply
    Camille Ma
    11 mai 2016 at 11 h 08 min

    Décidément tes articles « coeur ouvert » sont mes préférés (parce que ça résonne souvent en moi ;) ) – je trouve très louable et courageuse ta démarche pour te construire une vie heureuse et plus simple !
    Je suis une grande pessimiste (merci maman !) et je m’imagine toujours les scénarios les plus dramatiques ce qui – bien que toujours agréablement surprise par le résultat (bas oui le pire arrive rarement) – me consume, me fatigue et me fait rater pas mal de chose. J’en suis consciente alors j’essaie au maximum de faire attention et de me poser les bonnes questions avant de sombrer dans ma télénovela mentale ;) et j’ai fait plus de place à mes sentiments contre la raison (et toute ces attentes de la société) dans mes décisions (bon ce n’est pas toujours facile, la pression parentale (même dans la trentaine!) peut s’avérer prenante). A l’occasion je ferais bien de lire ce livre que tu recommandes :)

    • Reply
      Fanny
      11 mai 2016 at 17 h 28 min

      Je suis bien contente que ça te plaise :)
      J’ai été tellement pessimiste que j’ai fini par sérieusement me fatiguer… Comme on dit, chassez le naturel, il revient au galop. Alors ce n’est pas tous les jours facile mais j’essaye. Au maximum.
      Je comprends tellement bien ce que tu dis !
      Merci à toi pour ce commentaire :)

  • Reply
    Maday
    11 mai 2016 at 15 h 13 min

    Je continue encore et toujours de te suivre.
    Je viens d’acheter cet ouvrage que j’attends avec grande impatience maintenant.
    * :) *

    • Reply
      Fanny
      11 mai 2016 at 17 h 33 min

      Hello Mary,
      J’espère que tu vas bien… Je pense bien à toi <3

      • Reply
        Maday
        12 mai 2016 at 17 h 40 min

        Je pense bien à toi aussi.
        Continue, ce blog est une vraie drogue.

  • Reply
    Lisa
    11 mai 2016 at 19 h 49 min

    Très bel article et belle façon de penser, tu m’as donné envie de découvrir ce livre

    • Reply
      Fanny
      11 mai 2016 at 22 h 29 min

      Merci beaucoup pour ces mots :)

  • Reply
    lae
    11 mai 2016 at 21 h 18 min

    Ah le bonheur ^^
    Mais oui si on veut être heureux il faut se donner les chances de l’être et surtout oser !!
    Je suis un peu comme toi on dirait dans le genre impulsive, débordée parfois pas ses émotions et depuis quelques mois j’ai compris que s’il y avait des problèmes j’en étais la cause et personne d’autre. C’est dur à avaler mais ça aide à se comprendre et surtout à chercher ses propres « clés » pour accéder au bonheur !
    Ce livre a l’air plutôt intéressant même si je ne lis jamais ce genre là par peur de tomber dans une espèce de « pensées sectaires » LOL !!
    j’aime tous tes articles mais les plus persos me font toujours plaisir ^^

    • Reply
      Fanny
      12 mai 2016 at 8 h 59 min

      Je me retrouve totalement… Se rendre compte qu’on est souvent le problème de nos problèmes :/
      C’est pas toujours évident et ça demande un travail de dingue.
      Contente que l’article t’ait plu :)

  • Reply
    Manue
    18 mai 2016 at 20 h 35 min

    Je pense que ces 4 accords ne sont franchement pas facile à atteindre malheureusement, si seulement c’était plus simple :D
    J’essaie de voir un peu les choses autrement depuis ma rupture mais je pense que la nature première revient toujours et que c’est un très long travail. Le travail d’une vie comme tu dis ^^

    • Reply
      Fanny
      19 mai 2016 at 8 h 27 min

      Je confirme : le travail d’une vie !
      Les ruptures sont toujours des moments difficiles qui nous font remettre (nous et beaucoup de choses) en question.
      Mais ce n’est jamais évident… Je salue les « sages » :)

Leave a Reply