Livres

Avec toutes mes sympathies, d’Olivia de Lamberterie

Impossible de passer à côté du premier livre d’Olivia de Lamberterie, Avec toutes mes sympathies. Un roman qui n’aurait jamais dû voir le jour…

Olivia de Lamberterie est un personnage public, rédactrice en chef adjointe du magazine Elle et chroniqueuse dans l’émission Télématin. Il m’est difficile de parler de ce roman qui m’a remuée et provoqué des soubresauts à chaque page.

« La lecture est l’endroit où je me sens à ma place. Lire répare les vivants et réveille les morts. Lire permet non de fuir la réalité, comme beaucoup le pensent, mais d’y puiser une vérité. »

Olivia de Lamberterie raconte le suicide d’Alex, son frère tant aimé. Un frère qui n’avait plus la force, la foi de poursuivre sa vie. Un frère flamboyant. C’est ce que l’auteure montre. Ne pas résumer Alex à un être dépressif et sombre. Souffrant de dépressions chroniques, il a dû se battre toute sa vie contre la mélancolie. Mais elle a gagné. Le portrait dressé est celui d’un homme intelligent, cultivé, passionnant, passionné… Une belle personne qui a été d’une grande richesse pour les siens.

Aborder ce sujet est toujours délicat. Souvent maladroit ou manquant de justesse, ce n’est absolument pas le cas ici. Avec toutes mes sympathies ne sombre jamais dans le pathos. J’ai ressenti un sentiment d’urgence. Ecrire ce livre a dû être une catharsis salvatrice. Il fallait transformer cette double peine.

« Si, pour toi, c’est mieux, j’accepte de vivre décapitée. »

En plus de perdre ce frère adoré, le poids du suicide pèse sur les proches, les empêchant de se rappeler des moments de joie et de bonheur si nombreux. Malgré toute l’horreur de la situation, le livre est vraiment beau. Cet amour fraternel est d’une puissance et d’une merveille incroyables. Les mots d’Olivia de Lamberterie sont forts, doux, emprunts de justesse, touchants, émouvants, poignants.

Je préfère ne pas en dire plus car j’ai beaucoup de difficultés à trouver les bons mots. J’ai peur d’être maladroite ou d’être fatigante de banalités. Lisez-le ! Avec toutes mes sympathies est clairement un indispensable de la bibliothèque.

Résumé :

Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »
O. L.

Avec toutes mes sympathies – Avez-vous lu / envie de lire ce roman ?

 

 

 

 

5 J'aime

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply
    Kimysmile
    11 septembre 2018 at 13 h 21 min

    Tu donnes très envie!

  • Reply
    Ornella
    11 septembre 2018 at 19 h 05 min

    Je n’ai pas lu ce roman mais je trouve le Pitch intéressant.

  • Reply
    MarieP
    11 septembre 2018 at 22 h 39 min

    Je viens de commander ce livre. Je l’aurai demain. Mon frère s est suicidé a l’âge de 47 ans. Il était beau il était intelligent , il avait 2 beaux enfants , il était médecin ,il était cultivé ,il avait 3 soeurs, des parents. .. Mais lui aussi la « mélancolie » l a emporté . Jespere arriver à lire ce livre jusquau bout ….

  • Reply
    Soa
    12 septembre 2018 at 10 h 54 min

    Ohlala ! Les seuls extraits me donnent la chair de poule !

  • Reply
    Cosmic Sam
    19 septembre 2018 at 9 h 39 min

    Ta chronique est très belle et me donne en effet très envie de livre ce livre!

Leave a Reply